Christophe Ballif affirme : « Aussi bien au niveau européen qu’en Suisse, le photovoltaïque et l'éolien sont très complémentaires : c’est un mariage saisonnier quasiment parfait. » Image : C. Aeberhard

« D’ici à 2030, la branche peut fournir annuellement 6 TWh de courant, dont 4 TWh en hiver » a expliqué Lionel Perret, directeur de Suisse Eole. Image : C. Aeberhard

Isabelle Chevalley constate : «Même l'Afrique a compris l'importance de l'énergie éolienne. Nous devons avancer car pour l'instant, nous sommes un pays en voie de développement de l'énergie éolienne.» Image : C. Aeberhard

Robin Borgert: « Les installations photovoltaïques et les éoliennes peuvent être construites rapidement et en grand nombre à des coûts raisonnables.» Image : C. Aeberhard

Peter Schwer: « Un parc éolien génère de la plus-value durant plus de 40 ans, pratiquement le tout en Suisse ou en Europe. »Image : C. Aeberhard

André Friderici, de Friderici SA, avait fait part des défis que pose le transport des éoliennes. Image : C. Aeberhard

Ron Schumann: « En Allemagne, il faut compter sept ans pour réaliser un parc éolien. C’est bien trop long face aux défis climatiques et de sécurité d’approvisionnement. » Image : C. Aeberhard

Saskia Bourgeois Stöckli: « Ce potentiel se concentre sur le Plateau, avec 17.5 TWh. Chaque année, l’Arc jurassien et les larges vallées alpines pourraient produire au total plus de 7.8 TWh, et les Alpes plus de 4.2 TWh. » Image : C. Aeberhard

Prof. Christoph Ballif : des « centrales nucléaires » 100 % renouvelables, locales et sans radioactivité grâce au solaire, l’éolien et un parc de véhicules électriques

(Suisse Eole) « Nous devons développer le photovoltaïque au maximum, mais nous devons aussi développer le plus possible l'énergie éolienne en Suisse : la transition sera alors plus facile et moins chère », a souligné le professeur Christophe Ballif, directeur du Photovoltaics and thin film electronics laboratory de l’EPFL, lors de la présentation de son étude sur le mix énergétique suisse optimal à l’occasion du Congrès national de l’énergie éolienne qui s’est tenu aujourd’hui. Lionel Perret, directeur de Suisse Eole, a démontré que l’éolien était capable de supprimer largement le déficit hivernal Suisse en 3 fois 2 TWh de courant éolien d’ici à 2030. (Text auf Deutsch >>)


Tandis que le mirage d’une nouvelle centrale nucléaire resurgit discrètement en Suisse, le professeur Christoph Ballif, directeur du laboratoire de photovoltaïque de l’EPFL, a présenté l’étude du remplacement du parc nucléaire actuel par une « centrale nucléaire » virtuelle 100 % renouvelable et locale lors du Congrès national de l’énergie éolienne du 31 août 2022 à Berne. Cette formule parvient à reproduire le mode de production en ruban d’une centrale nucléaire en gérant intelligemment le raccordement de 10 TWh d'éolien, de 10 TWh de solaire et d’un parc de véhicules électriques ! Tout cela grâce à l’alliance journalière, saisonnière et géographique de l’éolien et du solaire. Christophe Ballif affirme : « Aussi bien au niveau européen qu’en Suisse, le photovoltaïque et l'éolien sont très complémentaires : c’est un mariage saisonnier quasiment parfait. » L’étude sera prochainement publiée dans une revue scientifique. Christophe Ballif poursuit : « En équilibrant intelligemment les piliers principaux hydraulique, solaire et éolien et en y ajoutant des batteries de voitures électriques, la transition énergétique sera alors plus facile et moins chère. »

2 TWh d’éolien en 3 fois d’ici à 2030
« D’ici à 2030, la branche peut fournir annuellement 6 TWh de courant, dont 4 TWh en hiver » a expliqué Lionel Perret, directeur de Suisse Eole : « Notre concept 2030 correspond au minimum recherché et aux besoins urgents identifiés par la Commission fédérale l’électricité (ElCom), l’autorité fédérale indépendante de régulation dans le domaine de l’électricité. » Le 1er volet consistera à réaliser les 2 TWh de projets déjà développés qui souffrent de la lenteur de traitement des dossiers. « L’accélération et la simplification des procédures sont indispensables ! » Le 2e volet consistera à générer 2 TWh en misant sur une approche participative et des éoliennes uniques citoyennes. « Le 3e volet consistera enfin à générer 2 TWh en favorisant la prise en compte de nouveaux périmètres, dans des zones non considérées jusqu’ici. » Nous ne pouvons plus miser sur une stratégie énergétique d’importation alors qu’un tel potentiel local est à notre portée.

L’Afrique et la plus-value
Isabelle Chevalley, présidente de Suisse Eole, a dressé un tableau impressionnant du développement éolien sur le continent africain. Au Kenya, le parc du lac Turkana, le plus grand parc éolien d’Afrique, affiche une puissance installée de 310 MW. Pour mémoire : le Juvent, le plus grand parc éolien de Suisse, a une puissance de 37 MW. Les projets de parcs sont tout aussi impressionnants : en Égypte, un parc d’une puissance de 1.1 GW sera mis en service en 2026. Isabelle Chevalley constate : « En 18 mois, le Sénégal a réussi à installer 46 éoliennes, alors que la Suisse a mis plus de 30 ans à en installer 42. Même l'Afrique a compris l'importance de l'énergie éolienne. Nous devons avancer car pour l'instant, nous sommes un pays en voie de développement de l'énergie éolienne.».

Un développement fulminant
Robin Borgert, Director Sales and After-Sales Northern and Eastern Europe du fabricant d’installations Enercon, a donné aux 150 participantes et participants un aperçu du développement fulminant de l’éolien dans le monde, en Europe et dans nos régions limitrophes. « Face au nouveau contexte économique et géopolitique international ainsi qu’au rythme effrayant et aux phénomènes extrêmes du changement climatique, il est impératif d’accélérer encore davantage le développement des énergies renouvelables. Les installations photovoltaïques et les éoliennes peuvent être construites rapidement et en grand nombre à des coûts raisonnables. Les gouvernements des pays du monde entier n’ont pas d’autre choix que d’agir rapidement et efficacement et doivent se préparer à une course aux éoliennes à court terme. L’économie et le climat ont besoin d’une grande quantité de courant vert peu coûteux – également d’origine suisse. » Absolument partout, l’éolien se développe plus rapidement qu’en Suisse ! De quoi nous faire pâlir... Revenons en Suisse, où l’éolien crée du travail et de la plus-value tout au long de la chaîne de valeur, comme l’a démontré Peter Schwer, membre du comité de Suisse Eole et expert dans le domaine des énergies renouvelables chez Basler & Hofmann, de la planification au démantèlement, tout en passant par l’exploitation : « Un parc éolien génère de la plus-value durant plus de 40 ans, pratiquement le tout en Suisse ou en Europe. »

André Friderici, de Friderici SA, avait fait part des défis que pose le fédéralisme pour le transport des éoliennes, un vrai casse-tête avec les 26 cantons suisses qui ont chacun leur propre réglementation routière pour les transports exceptionnels.

Allemagne : 2 % de la superficie pour l’éolien
Notre voisin nous montre la voie à suivre : dorénavant, en Allemagne, les Länder doivent prévoir 2 % de leur superficie pour l’énergie éolienne ! Ce chiffre permettant de construire 200 GW de puissance éolienne se base sur une étude sortie en 2011 par l’association faitière Deutscher Bundesverband WindEnergie e.V. (BWE). Ron Schumann, responsable politique du BWE, se réjouit de ce nouvel élan qui définira le nouveau but politique, tout en soulignant : « En Allemagne, il faut compter sept ans pour réaliser un parc éolien. C’est bien trop long face aux défis climatiques et de sécurité d’approvisionnement. » L’Union européenne demande pas plus de deux ans, tandis qu’en Suisse, il faut compter plus de 20 ans !


Nouvelle étude : Avec 30 TWh, le potentiel éolien en Suisse est bien plus important que prévu
La Suisse pourrait produire 29.5 TWh d’électricité par an grâce à l’énergie éolienne, dont 19 TWh pendant le semestre d’hiver uniquement. C’est ce que révèle une étude récente menée par Meteotest AG sur mandat de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) dans le but de définir le potentiel éolien en Suisse (voir ee-news.ch du 30.8.22 >>). Si 30% de ce potentiel durablement disponible étaient exploités, ce qui représente quelque 1000 installations éoliennes, la Suisse pourrait produire 8.9 TWh d’électricité d’origine éolienne par an, dont 5.7 TWh en hiver. C’est Saskia Bourgeois Stöckli du guichet Unique de l’OFEN qui a pu faire par de cette bonne nouvelle au Congrès national : « Ce potentiel se concentre sur le Plateau, avec 17.5 TWh. Chaque année, l’Arc jurassien et les larges vallées alpines pourraient produire au total plus de 7.8 TWh, et les Alpes plus de 4.2 TWh. » L’OFEN avait publié l’étude le 30.8.22. Cela confirme exactement la formulation de objectif de Suisse Eole, que nous avons élaboré dans le cadre de notre "plan éolien pour le climat" en 2020.


Texte : Suisse Eole

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Partner

  • Agentur Erneuerbare Energien und Energieeffizienz

Ist Ihr Unternehmen im Bereich erneuerbare Energien oder Energieeffizienz tätig? Dann senden sie ein e-Mail an info@ee-news.ch mit Name, Adresse, Tätigkeitsfeld und Mail, dann nehmen wir Sie gerne ins Firmenverzeichnis auf.

Newsletter abonnieren