Neues Stelleangebot
X
Energiebeauftragter (m/w)

Alors qu’aucune étude de l'impact sur l'environnement n’est requise pour les façades vitrées que près d’un million d’oiseaux heurtent chaque année, elle est exigée dans la procédure de planification d’une éolienne. ©Image : L. Schlüchter/Suisse Eole

Conseil fédéral : chaque année, 36 millions d’oiseaux meurent en raison des activités humaines, contre seulement 20 par éolienne

(Suisse Eole) D’après les estimations de l’Office fédéral de l’énergie, la disparition annuelle de 36 millions d’oiseaux en Suisse est la conséquence de l’activité humaine : près de 30 millions sont tués par des chats domestiques, cinq millions heurtent des façades vitrées et un million d’oiseaux sont victimes du trafic routier. Le Conseil fédéral répond ainsi à la question posée par François Pointet, conseiller national PVL, lors de l’heure des questions du 13.12.2021. (Text auf Deutsch >>)


Dans le domaine de l’énergie éolienne, la protection des oiseaux est prise très au sérieux. Pour chaque projet éolien, de nombreuses études doivent être effectuées dans le cadre de l'étude de l'impact sur l'environnement. Après la mise en service des éoliennes, des mesures de réduction et de compensation doivent être mises en œuvre. Dans ce contexte, le conseiller national François Pointet a demandé au Conseil fédéral pourquoi ce type d'études de l'impact sur l'environnement n’était pas exigé pour les façades vitrées. Il a aussi souhaité savoir combien d’oiseaux entraient réellement en collision avec des éoliennes, en comparaison avec les oiseaux victimes des chats domestiques, de collisions avec des bâtiments et du trafic routier.

Pas d’étude de l'impact sur l'environnement requise pour les façades vitrées
Dans sa réponse, le Conseil fédéral précise que jusqu’à présent, le nombre total d’oiseaux victimes des activités humaines pouvait seulement être estimé. Le Conseil fédéral s’appuie sur les estimations de l’Office fédéral de l’énergie qui évalue à environ 36 millions le nombre d’oiseaux qui meurent chaque année en raison de l’activité humaine. Face à ces 36 millions d’oiseaux, on dénombre 20 oiseaux tués chaque année par une éolienne. Ce chiffre a été estimé par la Station ornithologique suisse à l’occasion d’une étude réalisée dans le parc éolien de Peuchapatte, (JU). Dans le cadre de cette étude, il a également été constaté que ni des représentants d’espèces menacées, ni des rapaces n’étaient concernés sur le site de Peuchapatte. Il est également intéressant de noter que les trois éoliennes bâties en 2011 ne disposaient pas de radars et qu’elles n’étaient pas désactivées lors de la migration des oiseaux. Alors qu’aucune étude de l'impact sur l'environnement n’est requise pour les façades vitrées que près d’un million d’oiseaux heurtent chaque année, une étude similaire est exigée dans le cadre de la procédure de planification d’une éolienne en Suisse.

80 à 90 % sont réutilisables
La conseillère nationale Therese Schläpfer, UDC, a demandé au Conseil fédéral si, lors de la procédure d’autorisation des éoliennes, l’on tenait compte du fait que les rotors des éoliennes étaient considérés comme des déchets dangereux après environ 20 ans. Le Conseil fédéral a répondu que les éoliennes étaient quasiment entièrement recyclées à la fin de leur cycle de vie : 80 à 90 % des éoliennes sont facilement réutilisables car elles sont composées de métaux comme l’acier et le cuivre, ainsi que de béton. Les métaux sont directement réutilisés, les éléments en béton sont réutilisés sous forme de gravillons pour la construction des routes. En revanche, le recyclage des pales du rotor est plus difficile car ces dernières sont composées de matières composites renforcées de fibres qui sont également utilisées dans l’industrie automobile et dans la construction navale : « Les pales de rotor usagées peuvent être brûlées dans des cimenteries et la cendre obtenue peut servir d’adjuvant pour le ciment. De cette façon, les pales de rotor sont recyclées du point de vue énergétique et matériel », peut-on lire dans la réponse du Conseil fédéral du 13/12/21 : « Aujourd’hui, la récupération des fibres est étudiée dans le cadre de nombreux projets de recherche, ce qui permettra de les réutiliser à l’avenir. Parallèlement à cela, de nouvelles matières qui se recycleront plus facilement sont actuellement à l’étude pour les futures pales des rotors. »

Texte : Suisse Eole

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Partner

  • Agentur Erneuerbare Energien und Energieeffizienz

Ist Ihr Unternehmen im Bereich erneuerbare Energien oder Energieeffizienz tätig? Dann senden sie ein e-Mail an info@ee-news.ch mit Name, Adresse, Tätigkeitsfeld und Mail, dann nehmen wir Sie gerne ins Firmenverzeichnis auf.

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert