Les changements climatiques ont des conséquences dans tous les domaines politiques. Le développement du territoire et des transports joue en la matière un rôle important, comme le montre la nouvelle édition du «Forum du développement territorial».

Changements climatiques: Pistes pour un développement durable du territoire et des transports

(ARE) La Suisse a signé l’Accord de Paris de 2015. Son objectif de contenir l’élévation des températures à l’échelle mondiale à 1.5 °C au maximum par rapport à l’ère préindustrielle ne peut être atteint que si les émissions de gaz à effet de serre baissent jusqu’à zéro émission nette d’ici 2050. Toutefois, de nombreuses étapes sont à franchir et des idées innovantes sont requises. L’édition 2-20 du magazine Forum du développement territorial, publié par l’Office fédéral du développement territorial (ARE), présente une grande variété d’instruments et de stratégies allant dans ce sens et des cas concrets illustrant comment la Suisse peut aussi s’inspirer de projets menés à l’étranger. (Text auf Deutsch >>)


Les recherches que l’EPF de Zurich mène à Singapour sur les causes et les conséquences de la surchauffe de la ville sont un exemple de collaboration internationale. Dans le cadre d’un projet baptisé «Cooling Singapore», un jumeau climatique virtuel a été développé pour reproduire le climat urbain et élaborer des stratégies de rafraîchissement. Les résultats de ces travaux seront bientôt disponibles et utilisables pour les villes suisses. Car toutes les villes du monde et leur population font face au même défi: créer des lieux de vie de qualité, sains et agréables.

Les villes et le secteur du tourisme doivent eux aussi s’adapter
La ville de Zurich a déjà clairement constaté que le phénomène d’îlots de chaleur conduit à une forte surchauffe estivale des cœurs de villes sans verdure où règne le bitume, qui deviennent inhospitaliers pour la population et pour les visiteurs. C’est pourquoi la ville des bords de la Limmat a élaboré des recommandations pour préserver son système de rafraîchissement de l’air. Elle dispose pour cela d’instruments comme les bases légales et les subventions. En outre, les exigences relatives au climat urbain doivent être prises en considération à l’échelle communale dans la planification, les conceptions, les stratégies et les projets.

Si les villes sont fortement touchées, les espaces ruraux ne sont pas en reste. Dans les régions de montagne, les changements climatiques affectent très durement les stations de sports d’hiver. Pour atténuer quelque peu les conséquences négatives, les régions peuvent diversifier leur offre estivale et la prolonger dans le temps afin de compenser en partie la réduction des sports d’hiver. Des mesures relativement simples, comme le balisage de chemins de randonnée, peuvent suffire à faire une différence. D’autres régions investissent plutôt dans des infrastructures plus onéreuses telles que des bains thermaux, des installations sportives et culturelles. La diversification n’est pas la seule approche: elle peut être combinée à des coopérations, qui incluent d’autres acteurs régionaux. La stabilité économique d’une région touristique se trouve ainsi renforcée.

Une redéfinition du système de transports et des pratiques de mobilité
En Suisse, la consommation d’énergie finale est imputable pour un tiers aux transports. C’est pourquoi Patrick Rérat, professeur à l’EPFL et géographe, réclame une redéfinition du système de transports et des pratiques de mobilité pour lutter contre les conséquences des changements climatiques. Le modèle de la «ville du quart d’heure» doit permettre d’atteindre dans un périmètre réduit l’essentiel de ce qui constitue la vie quotidienne. Ces «villes du quart d’heure» pourraient ensuite être reliées entre elles par les transports publics et le kilométrage effectué diminuerait.

De la pandémie au climat
Un entretien donne la parole à Reto Knutti, professeur de physique climatique à l’EPF de Zurich, qui explique ce que nous pouvons apprendre de la pandémie en cours. Il souligne que seule une approche collective permettra de répondre aux enjeux de société que sont le changement climatique et la pandémie de coronavirus. Mais nous ne pourrons pas nous faire vacciner contre le dérèglement climatique ! Il faudra, selon lui, de gros bouleversements dans tous les secteurs. Et M. Knutti espère notamment «que les programmes lancés actuellement pour stimuler l’économie ne contribueront pas à pérenniser les vieilles structures dont nous ne voulons plus pour des raisons climatiques».

Enfin, un reportage expose les conséquences des changements climatiques sur le lac de Constance. On y apprend que sous l’effet du réchauffement continu des hivers, le brassage naturel des eaux de différentes profondeurs n’a plus lieu que tous les trois ou quatre ans, ce qui se traduit par un appauvrissement de l’ensemble de ce biotope. Le bulletin 2-20 du Forum du développement territorial « Changements climatiques – Le rôle du développement territorial » peut être commandé par écrit à l’OFCL, 3003 Berne, au prix de 10 francs, TVA incluse (abonnement annuel à 20 fr., TVA incl.). Il est disponible gratuitement en PDF sur le site www.are.admin.ch. Reproduction des articles encouragée avec mention de la source.

Forum du développement territorial 2-20: Changements climatiques – Le rôle du développement territorial >>

Texte : Office fédéral du développement territorial ARE

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert