30. Mär 2019

Liste des banques et de leurs investissements dans les énergies combustibles fossiles. Source: Funding to Fossil Fuels – Banking on Climate Change (report 2019)

Total Fossil Fuel Financing by Year. Source: Funding to Fossil Fuels – Banking on Climate Change (report 2019)

Financement des énergies combustibles fossiles par habitant et par pays. Sources: Population Numbers 2007, World Bank, Funding to Fossil Fuels – Banking on Climate Change (report 2019)

Banking on Climate Change : Les banques financent pour 1900 milliards de dollars de combustibles fossiles depuis la COP 21 de Paris

(CP) Le dernier rapport « Banking on Climate Change » montre que le Credit Suisse et l’UBS ont fourni ensemble environ 83.3 milliards de dollars US pour financer les combustibles fossiles entre 2016 et 2018. Si l’on considère la population suisse (en 2017), l’engagement nuisible au climat des grandes banques au cours des trois dernières années s’élève à environ 9800 dollars par habitant. C’est plus que dans tout autre pays au monde ! (Text auf Deutsch >>)


Ce rapport nous indique également que les quatre banques qui ont fourni le plus d’argent – en chiffres absolus – pour le financement des combustibles fossiles depuis l’accord de Paris sur le climat sont toutes basées aux États-Unis. JPMorgan Chase a pris de très loin la tête durant cette période alors que la seconde, Wells Fargo, a trouvé moyen de quasiment doubler ses investissements annuels.

1900 milliards de dollars aux combustibles fossiles
Le rapport « Banking on Climate Change – Fossil Fuel Finance Report Card 2019 » révèle que 33 banques actives à l’échelle mondiale ont fourni un total de 1900 milliards de dollars entre 2016 et 2018 – c’est-à-dire après l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat (COP 21) – aux entreprises exploitant des combustibles fossiles. Environ un tiers de cette somme, soit 600 milliards de dollars, ont été versés à 100 entreprises actives dans ce secteur en augmentant très « énergiquement » leur production de combustibles fossiles.

Contradiction flagrante
Le rapport montre que les pratiques commerciales des grandes banques analysées continuent d’alimenter le réchauffement de la planète et de torpiller l’objectif de maintenir le réchauffement de la planète bien en dessous de 2 degrés et, de préférence, en dessous de 1.5 degré. Ces banques agissent en contradiction flagrante avec le dernier rapport spécial du GIEC sur le réchauffement climatique. Le GIEC a clairement affirmé que nous devons nous libérer d’urgence de notre dépendance aux combustibles fossiles et estime que d’ici 2035, les besoins en investissement à l’échelle mondiale sur les énergies propres seront de l’ordre de 2400 milliards de dollars par an.

182.9 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre
Greenpeace Suisse a récemment montré que le Credit Suisse et l’UBS ont fourni un total de 12.3 milliards de dollars entre 2015 et 2017 à 47 entreprises qui utilisent des combustibles fossiles particulièrement sales, dits extrêmes. Il s’agit notamment du charbon, du pétrole provenant des sables bitumineux de l’Arctique et des grands fonds marins ainsi que du gaz naturel liquéfié (GNL). Avec ces 12.3 milliards de dollars, le Credit Suisse et UBS ont financé au total 182.9 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre.

Cesser de financer le réchauffement climatique
Katya Nikitenko, experte chez Greenpeace Suisse tient à souligner que « si nous avions pu nous baser sur les chiffres de l’actuel rapport « Banking on Climate Change » dans le passé, les estimations d’émissions financées auraient été beaucoup plus élevées. Les conséquences de la crise climatique sont de plus en plus visibles et il est plus que temps pour le Credit Suisse et l’UBS d’enfin cesser de financer le réchauffement climatique tout en mettant en œuvre des activités commerciales respectueuses des engagements pris lors de la COP 21 de Paris ».

« Banking on Climate Change 2019 » est publié par Rainforest Action Network, BankTrack, Indigenous Environmental Network, Oil Change International, Sierra Club et Honor the Earth et soutenu par plus de 160 organisations, dont Greenpeace Suisse. Pour la dixième édition du rapport, l’étude a été considérablement élargie en prenant en compte pour la première fois, le financement de plus de 1800 entreprises de charbon, de pétrole et de gaz à travers le monde au cours des trois dernières années.

Banking on Climate Change – Fossil Fuel Finance Report Card 2019 >>

Communiqué de presse ‘Report Finds Global Banks Poured $1.9 Trillion into Fossil Fuel Financing Since the Paris Agreement was Adopted, with Financing on the Rise Each Year’ >>

Texte : Greenpeace Suisse


0 Kommentare

Kommentar hinzufügen