La nette augmentation des prix des pellets semble connaître un ralentissement, au moins temporaire. Le prix a toutefois augmenté de près de 84% par rapport à novembre 2021.

En octobre, le mazout était 13% plus chers que les pellets, le désavantage du gaz était même de près de 30%. Image : prixpellets.ch

Prixpellets.ch : les prix montrent un mouvement latéral – les pellets bien plus avantageux que ceux du gaz et du mazout

(CP) La nette augmentation des prix des pellets semble connaître un ralentissement, au moins temporaire : avec un prix moyen de CHF 666.00 par tonne*, le renchérissement par rapport à octobre n’est que de CHF 4.70 par tonne. Par rapport à novembre 2021, le prix a toutefois augmenté de près de 84%. Les Suisses qui ont des besoins élevés en énergie de chauffage parce qu’ils vivent dans des constructions de mauvaise qualité sont particulièrement touchés par la hausse des prix. Bien plus que ceux qui chauffent des appartements ou des bâtiments répondant aux normes de construction les plus récentes. (Text auf Deutsch >>)


En octobre, avec un prix de 15.27 centimes par kilowattheure, le mazout étaient encore 13% plus chers que les pellets avec 13.5 centimes par kilowattheure. Avec un prix du gaz de 17,44 centimes par kilowattheure, le désavantage par rapport au gaz était même de près de 30%. Il ne faut pas oublier que les pellets sont neutres pour le climat et qu’il s’agit d’une matière première indigène et renouvelable, même lorsqu’elle provient d’Autriche ou d’Allemagne.

Renchérissement de l’électricité également
Le cas des chauffages électriques n’est pas simple non plus, puisque le prix de l’électricité n’a jamais été aussi élevé. A cela s’ajoute le fait que le fournisseur d’énergie FMB, par exemple, supprimera les tarifs de nuit à partir de l’année prochaine, ce qui augmentera considérablement le coût des chauffages électriques à accumulation. D’autres fournisseurs d’énergie suivront. De même, l’eau chaude provenant de chauffe-eau électriques qui ne sont pas alimentés par du courant solaire produit sur le toit du bâtiment va sensiblement augmenter.

Une hausse douloureuse
La hausse des prix est douloureuse pour de nombreuses personnes et réduit d’autant le budget des vacances, voire les dépenses de consommation courante. Une rénovation rapide des bâtiments existants serait donc de mise. Mais celle-ci est justement au point mort face à la flambée des prix ou tout simplement parce que les produits ne sont pas disponibles sur le marché ou qu’on manque des artisans à même de remplacer le chauffage et d’améliorer l’isolation.

Une demande en forte hausse
La hausse considérable des prix en l’espace d’un an est due à l’augmentation soudaine de la demande en chauffages à pellets et, par conséquent, de la demande en combustible. D’une part, certains cantons ont déjà rendu obligatoire l’utilisation de chauffages à base d’énergies renouvelables, d’autre part, les prix du mazout et du gaz ont eux aussi nettement augmenté. De plus, l’approvisionnement en combustibles fossiles est devenu incertain, de sorte que de plus en plus de personnes se détournent des solutions de chauffage à base d’énergies fossiles.

Augmentation considérable des coûts de production et de distribution
Les prix bien plus élevés des pellets sont également dus à l’augmentation considérable des coûts de production et de livraison des pellets, avec l’augmentation du prix de l’électricité à payer par les fabriques ainsi que du coût du carburant nécessaire à la livraison. Parallèlement, le prix des sous-produits de scierie, principale matière première des pellets, a augmenté dans toute l’Europe.

Eviter les pénuries
Le fait que les associations de la branche aient déjà conseillé au début de l’été de remplir les stocks de pellets le plus rapidement possible a certainement contribué à la hausse des prix. Nous avions également lancé un appel à ce sujet en mai déjà (voir commentaires sur les prix du 24 mai 22 >>). Mais au vu de l’accroissement constant du nombre de nouveaux chauffages à pellets, cette mesure était judicieuse, car elle a permis d’éviter une pénurie lors du remplissage des stocks cet automne.

*Tous les prix sont indiqués en prix moyen par tonne, TVA et livraison comprises

Texte : Anita Niederhäusern, éditrice www.prixpellets.ch et www.ee-news.ch

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert