Gianni Operto : « La géothermie est sûre, indigène, disponible été comme hiver et elle nous rend indépendants de l’étranger et elle s’intègre parfaitement dans un futur système énergétique qui sera soutenu par l’énergie hydraulique et solaire. »

Gianni Operto :« La géothermie peut fournir une charge de base flexible. C’est exactement ce dont nous avons besoin dans le système énergétique du futur! »

(Géothermie-Suisse.ch) La sécurité de l’approvisionnement de la population en biens de consommation courante et en énergie ne va pas de soi en temps de crise – guerre, sécheresse, pandémie. En raison de la menace de pénuries de gaz et d’électricité en hiver, les solutions à court terme et les solutions non renouvelables dominent le discours public. La géothermie et les autres sources d’énergie primaire renouvelables sont ainsi reléguées au second plan. Gianni Operto, président d’aeesuisse, n’est pas satisfait du rythme de développement des énergies renouvelables: Selon lui, il faudrait aller dix fois plus vite. (Text auf Deutsch >>)


Gianni Operto, lors du Forum Géothermie de l’année dernière, vous avez déclaré que toutes les personnes ayant un QI supérieur à 50 connaissent désormais la problématique liée au changement climatique. C’est en fait une bonne condition préalable pour le développement des énergies renouvelables. Mais depuis le début de la guerre russe en Ukraine, les habitants d’Europe centrale ont d’autres préoccupations. Soutiendriez-vous donc encore aujourd’hui votre déclaration de septembre dernier?

Oui, car le changement climatique a plutôt pris une place encore plus importante. Mais les discussions sur l’urgence du problème climatique et les solutions possibles ne sont généralement pas menées de manière factuelle. Bien au contraire. Je constate avec étonnement que dans le débat sur l’approvisionnement énergétique, c’est la croyance quasi-religieuse en l’une ou l’autre solution énergétique pour l’avenir qui domine chez de nombreuses personnes, et non les faits. Or, ce genre de ferveur religieuse ne nous fait pas avancer. Nous n’écoutons pas assez les experts techniques qui apportent une réelle contribution. Trop de personnes sans connaissances spécifiques s’expriment sans avoir de connaissances approfondies sur les possibilités et les implications pour l’avenir.

Comment le constatez-vous?
Par exemple, l’appel à l’énergie nucléaire est redevenu plus fort. Pourtant, l’énergie nucléaire est de loin l’option la plus chère à notre disposition. En outre, il n’y aura plus de place à l’avenir dans l’approvisionnement énergétique pour une production en ruban de l’ordre du gigawatt, comme celle des centrales nucléaires. Ce dont nous aurons besoin à l’avenir, c’est d’une charge de base flexible. L’énergie nucléaire est tout simplement mal adaptée à ces besoins. En revanche, la géothermie pourrait amener cette charge flexible. Cela n’a rien à voir avec des préférences personnelles, des idéologies ou des risques, mais c’est un fait de l’économie énergétique.

Pourquoi les grandes centrales électriques ne seront-elles plus nécessaires à l’avenir ? Notre consommation d’électricité devrait plutôt augmenter que diminuer.
Presque personne ne considère le système énergétique dans son ensemble. Ceux qui réclament de grandes centrales ne pensent qu’à la production et non au transport. Or, le principe «n-1» s’applique au réseau de transport électrique. Selon ce principe, il doit être possible de retirer à tout moment un élément décisif sans que l’ensemble du système ne s’effondre. Il peut s’agir d’une installation de production ou d’un élément du réseau. Pour la production, cela signifie que nous devons disposer d’une capacité de réserve couplée au réseau équivalente à celle de la plus grande centrale électrique du réseau. Et celle-ci a une puissance de plus de 1’200 mégawatts…

La centrale nucléaire de Leibstadt.
… Une telle puissance doit donc être disponible à tout moment en cas d’arrêt d’urgence. Pour l’instant, nous nous procurons cette puissance de secours en Europe, mais sans accord sur l’électricité avec l’UE, cela posera un problème à l’avenir. De plus, notre stratégie énergétique prévoit l’importation de 15 térawattheures d’électricité pendant le semestre d’hiver. Or, nous ne pouvons les obtenir que si les lignes vers l’étranger sont pleinement exploitées. Dans ce cas, le principe n-1 ne fonctionne plus chez nous et le risque de black-out est réel. C’est pourquoi, dès le développement des perspectives énergétiques, j’ai plaidé pour une forte accélération du développement des énergies renouvelables indigènes.

Or, cela n’a pas été le cas.
Non, bien au contraire, la Suisse avance beaucoup trop lentement. Nous avons perdu trop de temps ces dernières années. Le développement devrait être dix fois plus rapide.

Pourquoi n’en sommes-nous pas capables en Suisse? Sommes-nous trop à l’aise, manquons-nous de courage, la pression de la souffrance est-elle encore trop faible?
Je dirais même plus méchamment: Nous sommes prétentieux. Nous misons sur le principe de l’espoir et sur une coopération efficace avec l’Europe. J’entends toujours et encore des politiciens et des représentants de l’économie dire que l’UE a besoin de la Suisse dans le domaine de l’énergie. Qu’elle a besoin de nos centrales de pompage-turbinage pour stabiliser l’ensemble du réseau européen. Que la Suisse est indispensable en tant que pays de transit vers l’Italie. Rien de tout cela n’est vrai. L’UE et l’Italie ne restent pas inactives. Ainsi, l’Italie construit actuellement trois câbles sous-marins vers les Balkans, la France et l’Egypte. Il est vrai que l’UE pourrait profiter de nos centrales de pompage-turbinage. Mais là encore, elle ne dépend pas forcément de la Suisse. A l’inverse, la Suisse a besoin de l’UE. Le fait que le Conseil fédéral, en ne signant pas l’accord-cadre, torpille également l’accord sur l’électricité, si important pour notre sécurité d’approvisionnement, est une négligence qui nous pousse à l’isolement. Malheureusement, pratiquement tous les partis à part les Verts libéraux n’ont pas voulu reconnaître auparavant l’importance de cet accord sur l’électricité avec l’UE.

La question de la sécurité de l’approvisionnement préoccupe également beaucoup l’UE. Ces perspectives sont-elles sombres pour nous? Pouvons-nous compter sur le soutien de nos voisins en cas d’urgence?
Un représentant du monde économique m’a récemment demandé comment j’évaluais le risque d’une panne de gaz l’hiver prochain. Il serait plus simple de lire dans le marc de café… Si Poutine se lève du mauvais pied et que quelque chose lui passe par-dessus la tête, il fermera tout simplement le robinet de gaz. De nombreux pays européens ont rendu le secteur de l’énergie dépendant d’un petit nombre de technologies et de fournisseurs, par négligence. L’Allemagne avec le gaz russe, par exemple, ou la France avec ses centrales nucléaires qui ne produisent plus que la moitié de leur capacité depuis un certain temps déjà. Et la Suisse, quant à elle, est fortement dépendante de ces deux pays pour ses importations. Je ne peux pas dire si les capacités de production et de stockage garanties par contrat seront respectées, la question est cependant évidente.

Que peut et doit faire la Suisse pour que le développement prenne enfin son essor?
Les technologies qui sont derrière la palette de production renouvelable sont mûres et peuvent être mises en œuvre. Un approvisionnement sûr en énergie renouvelable est réalisable. Mais nous devons trouver un meilleur équilibre entre protection et utilité, sinon nous n’atteindrons jamais les objectifs. Aujourd’hui, n’importe qui peut retarder de plusieurs années un projet d’énergie renouvelable, voire le faire capoter, même s’il a été légitimé démocratiquement au préalable. Il suffit d’une seule opposition. Je nomme en particulier les organisations de protection de l’environnement qui s’opposent à toute construction artificielle dans la nature. L’énergie hydraulique, l’énergie solaire, l’énergie éolienne, la géothermie – toutes se heurtent à des résistances parfois massives. Les organisations de protection de l’environnement rendent ainsi un mauvais service au tournant énergétique. Pourtant, ce ne sont pas ces constructions qui sont responsables de la mort actuelle des poissons, mais le changement climatique! Et nous ne pourrons le ralentir qu’en mettant en œuvre la stratégie énergétique de manière conséquente et en accélérant le développement des énergies renouvelables. Les projets d’énergie renouvelable favorisent la biodiversité. Au moins, les choses avancent maintenant au niveau politique, le problème est reconnu.Ja, denn der Klimawandel ist eher noch mehr in den Vordergrund gerückt. Die Diskussionen über die Dringlichkeit des Klimaproblems und die Lösungsansätze werden zumeist aber nicht sachlich geführt. Im Gegenteil. Ich stelle mit Erstaunen fest, dass in der Diskussion zur Energieversorgung bei vielen Leute der quasireligiöse Glaube an die eine oder andere Energielösung für die Zukunft dominiert und nicht die Faktenlage. Solcher religiöse Eifer bringt uns aber nicht weiter. Auf die Fachexperten, die wirklich etwas beitragen, hören wir zu wenig. Zu viele Leute ohne Fachkenntnis reden mit, ohne fundiertes Wissen über Möglichkeiten und Implikationen in der Zukunft.

Quel rôle attribuez-vous à la géothermie dans le système énergétique?
Notre système énergétique doit être beaucoup plus décentralisé à l’avenir, avec de nombreuses petites installations. Je l’ai déjà mentionné plus tôt: il faut une charge de base flexible qui assure la stabilité du réseau de transport. La géothermie est une technologie qui peut précisément offrir cela et qui est disponible à tout moment! Le potentiel est grand et nous devons simplement l’exploiter. La géothermie peut réduire notre dépendance vis-à-vis de l’étranger, tant pour l’électricité que pour la chaleur. En résumé, nous avons besoin de la géothermie profonde pour produire de l’électricité et nous avons également besoin de la géothermie de moyenne et faible profondeur pour le climat de nos bâtiments.

Cette constatation n’est pas nouvelle, pourquoi ne peut-on pas aller plus vite, selon vous?
En Suisse, nous avons fait à deux reprises une expérience désagréable avec la géothermie profonde. Je suis étonné que, des années plus tard, on parle encore de Bâle et de Saint-Gall. La technologie a évolué et les risques qui y sont liés ont été réduits au minimum. La géothermie est sûre, elle est indigène, elle est disponible été comme hiver, elle nous rend indépendants de l’étranger et elle s’intègre parfaitement dans un futur système énergétique qui sera soutenu par l’énergie hydraulique et solaire. La crainte d’éventuels tremblements de terre dus à la géothermie est à mon avis infondée. Je me réfère encore une fois à l’énergie nucléaire à titre de comparaison: plus personne ne pense aujourd’hui à l’accident de Lucens, dans le canton de Vaud, qui a été le premier accident de l’énergie nucléaire civile au monde. Tchernobyl, Three Mile Island, Fukushima – ces accidents nucléaires ont largement disparu de la mémoire. Ils étaient pourtant bien, bien plus graves que les secousses provoquées par la géothermie.

Malgré toutes les critiques sur le développement trop lent des énergies renouvelables: Qu’est-ce que la Suisse fait de bien en matière de transition énergétique?
La décision de principe prise après Fukushima de réorienter notre système énergétique était visionnaire, elle a été développée et mise en œuvre en peu de temps et a été clairement acceptée en votation populaire. Nous devons maintenant passer à la vitesse supérieure et mettre en œuvre la stratégie énergétique. Comme Zurich, par exemple, qui a été l’une des premières grandes villes du monde à s’électrifier. C’était il y a 140 ans. A l’origine, il y avait un jeune ingénieur qui avait découvert cette technologie et qui était tellement convaincu de son potentiel qu’il s’est battu pendant des années contre toutes les résistances. Jusqu’à ce qu’il convainque les politiques de sa cause. Aujourd’hui encore, nous avons besoin de personnes de ce genre, de personnes qui vont de l’avant et qui déclenchent l’avalanche!


A propos de la personne
Après une première partie de carrière chez BBC/ABB Kraftwerke, Gianni Operto a pris la direction de l’ewz Elektrizitätswerk der Stadt Zürich. Il s’y est forgé une réputation de précurseur et d’innovateur. Il a été le premier à mettre en place le secteur des services énergétiques et a prouvé, avec la bourse de l’énergie solaire, qu’il était possible de commercialiser un produit haut de gamme. Cela lui a valu le prix solaire suisse et le prix solaire européen pour le meilleur concept de marketing. Il a également été l’un des initiateurs de swissgrid et de diAx (Telecom, plus tard Sunrise). Il s’est ensuite tourné vers la finance et a participé successivement à la création des premiers fonds de capital-risque européens dans le domaine des technologies propres, Nextech Venture et Emerald Technology Ventures. Dernièrement, il était directeur d’investissement chez Good Energies, responsable du cluster Frontier Technologies. Depuis 2011, il travaille en tant qu’indépendant, toujours à proximité des technologies d’avenir durables. Gianni Operto est président d’aeesuisse depuis 2016.


Texte : Géothermie-Suisse.ch

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert