L'énergie géothermique est déjà exploitée ici : depuis 1996, de l'eau thermale à 28 degrés provenant d'une profondeur de 655 mètres chauffe la piscine couverte Egelsee à Kreuzlingen. Image : Géothermie Suisse

Géothermie en Thurgovie : Collecte de meilleures données dans le sous-sol profond

(CP) L’Association thurgovienne de géothermie (VGTG) sollicite un fonds cantonal pour un montant de 30 millions de francs. Le projet «Thurgauer Energie-Nutzung aus dem Untergrund 2030» (TEnU) vise à collecter de meilleures données sur le sous-sol profond de la Thurgovie. (Text auf Deutsch >>)


La proposition a de bonnes chances: dans son rapport au Grand Conseil, le gouvernement recommande le financement du projet.

Données brutes exploitables
Le projet «Thurgauer Energie-Nutzung aus dem Untergrund» (TEnU) vise à explorer la contribution de l’énergie géothermique à la production d’énergie en Thurgovie – au moyen d’une exploration détaillée du sous-sol. Il n’existe actuellement aucune vue d’ensemble significative du sous-sol qui permettrait une stratégie d’utilisation cantonale. Le projet TEnU 2030 vise à combler cette lacune. De nombreux faits et chiffres sont déjà disponibles. Mais ils remontent à l’époque où les compagnies de gaz naturel et de pétrole cherchaient des gisements en Thurgovie. «Les résultats de cette époque ne sont pas disponibles sous forme de données brutes exploitables. Et les méthodes d’investigation d’aujourd’hui permettent des clarifications beaucoup plus détaillées», explique Roland Wyss, géologue et vice-président de la VGTG.

Définition de trois cibles de forage prometteuses
Le projet TEnU 2030 vise à préparer le terrain pour l’utilisation de l’énergie géothermique. Dans une première phase, les données existantes seront systématiquement collectées, analysées et sélectionnées pour les zones et les formes prometteuses d’utilisation de l’énergie géothermique. Dans une étape ultérieure, le sous-sol sera exploré dans plusieurs régions grâce à une campagne sismique 3D. «Sur la base de ces résultats, nous voulons sélectionner jusqu’à trois sites de forage prometteurs pour de futurs puits d’exploration et étudier en détail le sous-sol plus profond, c’est-à-dire entre 1000 et 4000 mètres», explique Josef Gemperle, président de VGTG. Le point culminant sera un puits d’exploration qui fournira des informations détaillées sur les conditions technologiques et donc aussi une réponse à la question d’une centrale géothermique thurgovienne. Cela permet également d’atténuer les risques que les futurs investisseurs recherchent des forages profonds.

La confédération peut couvrir jusqu’à 60 % des coûts.
Le VGTG estime le coût total jusqu’au forage profond inclus à 74 millions de francs suisses, dont la confédération pourrait couvrir environ 60 %. La VGTG estime donc que les ressources demandées au fonds cantonal s’élèvent à environ 30 millions de francs. Dans son rapport au Grand Conseil, le gouvernement recommande de financer le projet. Si cette décision est positive, l’électorat thurgovien pourrait se prononcer sur la répartition des fonds en mai 2022.

Texte : Géothermie Suisse

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert