Deux petites voitures avec une motorisation entièrement électrique : la Renault Twingo Electric - dont l’évaluation environnementale est très bonne - et la Fiat 500 électrique, dont la consommation d’électricité est très basse. Image: Renault

Mise à jour de l’Écomobiliste 2020 : Des voitures électriques peu nuisibles et accessibles, impact environnemental et à l’autonomie satisfaisante - hybrides rechargeables au bilan médiocre

(CP) Avec la mise sur le marché suisse de nouveaux modèles à prix compétitifs, la voiture électrique devient accessible à celles et ceux qui souhaitent faire attention aux émissions de CO2 lors de l’achat d’un véhicule. L’actualisation de l’Écomobiliste de l’ATE Association transports et environnement permet de faire un choix éclairé parmi les modèles qui nuisent le moins à l’environnement. (Text auf Deutsch >>)


L’Écomobiliste tient compte des émissions de CO2, du bruit et, pour les voitures avec moteur à combustion, des polluants atmosphériques. Pour les véhicules électriques, l’évaluation intègre l’impact de la production des batteries.

Deux petites voitures très populaires sont dorénavant commercialisées avec une motorisation entièrement électrique : la Renault Twingo Electric - dont l’évaluation environnementale est très bonne - et la Fiat 500 électrique, dont la consommation d’électricité est parmi les plus basses. Pour les familles, le ludospace Kangoo Z.E. Maxi de Renault est disponible et présente une assez bonne évaluation.

Impact environnemental et à l’autonomie satisfaisante
Ces modèles au faible impact environnemental et à l’autonomie satisfaisante ont un coût qui se situe dans la fourchette de prix des véhicules thermiques de classe identique – et il en existe d’autres, comme la Peugeot e-208. Ainsi, tout propriétaire de voiture qui ne peut pas se départir d’un véhicule privé a dorénavant la possibilité de diminuer son empreinte carbone. Et l’effet est encore meilleur en utilisant du courant certifié écologique.

Hybrides rechargeables au bilan médiocre
Les nouveaux modèles hybrides rechargeables sont pour la plupart des SUV et présentent souvent une mauvaise notation environnementale. Cela est notamment dû à leur consommation élevée tant en mode électrique que thermique, au bruit important ou à leur batterie de grande taille.

Ces mauvais points s’expliquent en partie par le gabarit souvent surdimensionné, le manque d’aérodynamisme et le poids élevé de cette gamme de véhicules. Par ailleurs, une récente étude de Transport & Environment a montré que les émissions des CO2 des hybrides rechargeables en conditions réelles dépassent largement les valeurs d’homologation.

Voitures à gaz avec 20% de biogaz
Parmi les voitures avec moteur à combustion, les véhicules à gaz ont toujours la meilleure notation de l’Écomobiliste, mais sont suivis de près par les modèles hybrides. Ainsi la nouvelle Toyota Yaris VVT-iE hybride obtient l’une des meilleures notations des voitures à essence/diesel et se situe juste derrière la récente VW Golf TGI - première motorisation à gaz de ce modèle populaire.

Pour rappel, les voitures à gaz émettent particulièrement peu de CO2 en raison de la composition du mix suisse qui contient 20% de biogaz neutre en CO2.  Il est toutefois possible de rouler à 100% au biogaz pour encore améliorer le bilan carbone de ces véhicules.

Résultats détaillés www.ecomobiliste.ch

Texte: AET

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert