La contribution du secteur privé ne correspond pas à l’engagement souhaité. En collaboration avec des représentants du secteur privé, la Confédération étudie actuellement les possibilités d’améliorer cet engagement.

Protection du climat dans les pays en développement : Financement suisse en bonne voie – fonds privés encore insuffisants

(OFEV) Les pays industrialisés sont en passe de réaliser leur objectif collectif d’engager 100 milliards de dollars par an, à partir de 2020, pour le financement climatique, selon un rapport de l’OCDE publié le 6 novembre 2020. Ce financement pour des projets de protection du climat dans les pays en développement provient de sources publiques et privées. En 2018, la Suisse a contribué à de tels projets à hauteur de 554 millions de dollars. (Text auf Deutsch >>)


Elle a ainsi atteint l’objectif fixé par le Conseil fédéral pour le financement climatique international. La mobilisation de fonds issus du secteur privé reste cependant un défi. La Confédération cherche actuellement des possibilités pour renforcer la participation de l’économie.

En passe de réaliser leur object
Lors de la conférence de l’ONU sur le climat à Cancún en 2010, les pays industrialisés ont convenu d’engager, à partir de 2020, un total de 100 milliards de dollars américains par an issus de sources publiques et privées pour financer des mesures de protection du climat dans les pays en voie de développement. Le rapport « Climate Finance Provided and Mobilised by Developed Countries in 2013-18 », publié le 6 novembre 2020 par l’OCDE montre que les pays industrialisés sont en passe de réaliser leur objectif. Le prochain relevé de l’OCDE en 2022 montrera si les Etats ont atteint leur objectif en 2020. Dans le cadre de la mise en œuvre du Message sur la stratégie de coopération internationale 2021-2024, la Suisse prévoit d’augmenter le financement de projets de protection du climat dans les pays en voie de développement, ceci indépendamment de la pandémie de coronavirus.

La Suisse a ainsi atteint l’objectif fixé
En 2018, les pays industrialisés ont octroyé 78.9 milliards de dollars pour des projets de réduction des gaz à effet de serre et d’adaptation aux conséquences des changements climatiques dans les pays en voie de développement. La Suisse a participé à hauteur de 554 millions de dollars. Elle a ainsi atteint l’objectif fixé par le Conseil fédéral pour le financement climatique international, à savoir une contribution entre 450 et 600 millions au montant annuel de 100 milliards de dollars. Pour calculer la part de la Suisse à l’objectif collectif, le Conseil fédéral a tenu compte de la capacité économique nationale et des émissions de gaz à effet de serre directement causées par le pays (principe de causalité). Dans le cadre de son financement climatique international, la Suisse réalise des projets innovants et efficaces avec différents partenaires à l’étranger (cf. fiches de la DDC et du SECO présentant des exemples).

Améliorer l’engagement du secteur privé
La mobilisation de fonds issus du secteur privé reste un défi. En 2018, l’économie a contribué à hauteur de seulement 14.6 milliards de dollars, soit un cinquième du montant total de 78.9 milliards, Ce qui ne correspond pas à l’engagement souhaité. En collaboration avec des représentants du secteur privé, la Confédération étudie actuellement les possibilités d’améliorer cet engagement. Sur la base de projets concrets d’investissement, les conditions-cadres étatiques sont notamment examinées et de nouveaux modèles de partenariat public-privé sont testés.

Financement climatique international par la Suisse : état actuel
En 2018, la Suisse a engagé au total 340 millions de dollars de fonds publics pour des mesures de protection du climat dans les pays en voie de développement. Provenant essentiellement du budget de la coopération internationale (DDC, SECO), ces fonds ont été complétés par le crédit-cadre Environnement mondial (OFEV) et comptabilisés par l’OCDE en tant qu’aide publique au développement. En outre, la Suisse a mobilisé la même année des investissements climatiques privés dans les pays en voie de développement pour un total de 214 millions de dollars, essentiellement via son engagement dans les banques multilatérales de développement. En 2018, le financement de la Suisse dans le domaine du climat, toutes sources confondues, s’élevait ainsi à près de 554 millions de dollars. Les parties à Convention-cadre sur les changements climatiques n’ont jusqu’à présent pas fixé la contribution de chacun des pays industrialisés à l’objectif collectif de financement. Ces derniers doivent donc déterminer eux-mêmes la contribution qu’ils estiment équitable.

Fiche de la DDC : Renforcer l’adaptation aux changements climatiques dans l’Himalaya >>

Fiche du SECO: Le projet d’énergie solaire Ninh Thuan >>

Texte: Office fédéral de l'environnement OFEV

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert