Un meilleur flux d’information entre le niveau fédéral et cantonal permettrait d’améliorer l’adaptation de la politique fédérale aux besoins et aux possibilités des cantons. Image : Géothermie Suisse

Géothermie dans le contexte fédéraliste: Etat fédéral, cantons, municipalités, qui donne le ton?

(Géothermie Suisse) Cantons et municipalités ont un rôle à jouer pour le développement local et fédéral de la géothermie. Un récent article montre, comment dans un système fédéral comme la Suisse, les voies de l’innovation pour la géothermie sont imbriquées entre des dynamiques top-down et bottom-up. Ceci est typique pour les pays fédéraux. L’article plaide pour une meilleure coordination entre politiques nationales et projets locaux. (Text auf Deutsch >>)


En étudiant les cas de Bâle, St-Galle, Haute-Sorne et Genève, les auteurs évoquent le contexte institutionnel de la géothermie. Les quatre exemples illustrent différents mécanismes par lesquels un état fédéral peut chercher à influencer le développement des technologies énergétiques émergentes. De l’autre côté, les chemins et parcours différents de certains cantons et villes montrent une approche alternative : plutôt que de mettre en œuvre les objectifs fédéraux, la production de chaleur est préférée à la production d’électricité.

Quel rôle aux cantons ?
Les politiques fédérales doivent prendre en compte les réalités locales. Le développement actuel montre que l’administration fédérale peut activement intégrer les expériences des cantons et villes. Ces derniers, en tant qu’acteurs locaux, sont des entités-clefs pour favoriser le développement de la géothermie et sa bonne acceptation. Ceci peut prendre différentes formes selon les conditions en place, soit en étant porteur de projet (exemple du canton de Genève), soit par un engagement et soutien assumé à la branche (exemple du canton de Vaud parmi d’autres).

Coordination entre différents niveaux fédéraux
Cette étude montre donc que les mécanismes et instruments fédéraux à eux seuls ne suffisent pas pour rendre les infrastructures énergétiques acceptables localement. Apprendre d’autres expériences à succès, mais aussi traduire et adapter les politiques fédérales à la réalité locale est indispensable. Pour cela, une meilleure coordination entre les niveaux fédéraux et régionaux est nécessaire.

Une plateforme d’échange
Selon les auteurs, cette coordination devrait être faite de manière systématique pour élargir le processus d’apprentissage à l’échelle nationale. Un meilleur flux d’information entre le niveau fédéral et cantonal permettrait d’améliorer l’adaptation de la politique fédérale aux besoins et aux possibilités des cantons. Les auteurs proposent l’établissement d’une plateforme d’échange permanente pour donner lieu à un échange d’information multilatéral et formel entre les différents niveaux fédéraux, mais aussi entre les différents cantons et types d’applications.

Si les auteurs évoquent une initiative encadrée par la Confédération (sur l’exemple de la PLANAT dans le domaine des dangers naturels), ils soulignent néanmoins le rôle d’une association professionnelle comme Géothermie-Suisse. La création du nouveau poste de « Responsable du Programme Partage d’Expériences en Géothermie (PEG) » au sein de Géothermie-Suisse manifeste l’implication de l’association pour jouer ce rôle de nœud si important pour le développement de la géothermie en Suisse.

Conclusion pour les projets
Qu’est-ce que les porteurs de projet peuvent en retirer ? Dans le maillage fédéral avec ses différentes sphères d’influence, les projets doivent essayer d’être le plus visible possible – surtout s’ils essayent de nouvelles approches qui ne correspondent pas aux standards prévus pour les soutiens.

La géothermie est liée, inféodée même, à un territoire avec ses propres réalités et enjeux. En intégrant les questions sociales, de politiques locales et de concertation pour instiller une « culture » locale de la géothermie, les projets ont des fortes chances de montrer au niveau fédéral le mérite d’approches différentes. Grâce à une coordination organisée et formalisée les différents porteurs de projet pourront plus s’échanger et apprendre et s’inspirer réciproquement.

L’article d’Olivier Ejderyan, Franziska Ruef et Michael Stauffacher «Entanglement of Top-Down and Bottom-Up: Sociotechnical Innovation Pathways of Geothermal Energy in Switzerland» est disponible sur le site internet de la revue scientifique Journal of Environment and Development.

Texte : Géothermie Suisse

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Newsletter abonnieren

Top

Gelesen
|
Kommentiert