16. Apr 2018

Evolution des émissions totales de gaz à effet de serre depuis 1990, y compris la valeur cible pour 2020 selon la loi sur le CO2. (Emissions brutes sans les certificats de réduction des émissions acquis à l’étranger et du bilan carbone des forêts)

OVEF : Émissions de gaz à effet de serre en légère hausse

(OFEV) Selon l’inventaire de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), les émissions de gaz à effet de serre en Suisse se sont élevées à 48,3 millions de tonnes d’équivalents CO2 en 2016, soit 0,4 million de tonnes de plus qu’en 2015. Cette augmentation résulte principalement des basses températures pendant la période de chauffage et, partant, d’une consommation d’énergie plus élevée. (Text auf Deutsch >>)


Selon l’inventaire de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), les émissions de gaz à effet de serre en Suisse se sont élevées à 48,3 millions de tonnes d’équivalents CO2 en 2016, soit 0,4 million de tonnes de plus qu’en 2015. Cette augmentation résulte principalement des basses températures pendant la période de chauffage et, partant, d’une consommation d’énergie plus élevéL’inventaire suisse des gaz à effet de serre pour les années de 1990 à 2016 a été remis au Secrétariat de l’ONU sur les changements climatiques le 13 avril 2018. Il dresse un tableau complet des émissions de gaz à effet de serre en Suisse soumises au Protocole de Kyoto.

Secteur des bâtiments : - 23 % par rapport à 1990
Les émissions de gaz à effet de serre du secteur des bâtiments se sont montées en 2016 à 13,2 millions de tonnes d’équivalent CO2 (éq.-CO2), soit une diminution de 23 % par rapport à 1990. Les émissions des bâtiments affichent une tendance à la baisse depuis 2005. Elles sont toutefois sujettes à de fortes fluctuations annuelles liées aux conditions météorologiques hivernales qui déterminent les besoins en chauffage. Ces variations sont le signe que ce secteur dépend encore beaucoup des combustibles fossiles. En 2016, les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur des bâtiments ont ainsi augmenté de 3,6 % par rapport à 2015 en raison de l’hiver rigoureux. Elles demeurent néanmoins en deçà de l’objectif intermédiaire de - 22 % pour 2015. Après correction climatique, les émissions des bâtiments mesurées en 2016 sont inférieures à celles enregistrées en 2015.

Secteur de l’industrie : - 16 % par rapport à 1990
Les émissions du secteur de l’industrie se sont chiffrées en 2016 à 10,9 millions de tonnes d’éq-CO2, soit une diminution de 16 % par rapport à 1990, et sont donc restées stables par rapport à l’année précédente. La diminution des émissions causées par le raffinage du pétrole a permis de compenser la légère hausse des émissions résultant de l’incinération des déchets et de la production de chaleur à distance.

Secteur des transports : + 3 % par rapport à 1990
Jusqu’en 2008, les émissions de ce secteur ont augmenté de 13 % par rapport à 1990. Depuis, elles diminuent grâce à la réduction des émissions de CO2 par kilomètre parcouru, cependant contrebalancée en grande partie par l’augmentation du nombre de kilomètres effectués. En 2016, les émissions liées aux transports représentaient 15,3 millions de tonnes d’éq.-CO2, soit 3 % de plus par rapport à 1990. Elles ont baissé de 1 % par rapport à l’année précédente. L’adjonction de biocarburant aux carburants fossiles a considérablement augmenté ces dernières années, atteignant une part d’environ 1,5 % en 2016.

Autres émissions
Les émissions causées par l’agriculture sont restées largement stables depuis le début du siècle et s’élèvent à quelque 6,5 millions de tonnes d’éq.-CO2, soit près de 10 % de moins qu’en 1990. Bien que les émissions de gaz à effet de serre synthétiques ont légèrement baissé pour la première fois en 2016, elles se montent à 1,8 million de tonnes et sont, partant, nettement supérieures à celles de 1990. En effet, la plupart n’ont été utilisées pour remplacer les substances appauvrissant la couche d’ozone qu’à partir des années 1990. Les émissions des fluides frigorigènes sont restées stables par rapport à l’année précédente. En revanche, celles générées lors d’utilisations industrielles spécifiques pour lesquelles un objectif de réduction a été convenu avec la branche concernée étaient nettement plus faibles en 2016 qu’en 2015.

Texte : Office fédéral de l'environnement OFEV 

0 Kommentare

Kommentar hinzufügen

Partner

  • Agentur Erneuerbare Energien und Energieeffizienz

Job-Plattform

Suchen Sie einen Mitarbeitenden 
oder eine Stelle? 
Bei uns sind Sie richtig!

Hier geht's weiter >>

Aktuelle Jobs

Beteiligungsmanager / Asset Manager Region Nordeuropa (m/w) 100% mit Fremdsprache‐Kenntnissen

Das Aufgabengebiet umfasst das Asset‐Management für unsere Kraftwerks‐Gesellschaften in Europa (mit Fokus Wind Deutschland)...

Ist Ihr Unternehmen im Bereich erneuerbare Energien oder Energieeffizienz tätig? Dann senden sie ein e-Mail an info@ee-news.ch mit Name, Adresse, Tätigkeitsfeld und Mail, dann nehmen wir Sie gerne ins Firmenverzeichnis auf.

Newsletter abonnieren

Follow us